Alors que les performances de la Chine ont été plus vigoureuses que prévu, le secteur économique n’est pas complètement sorti de sa léthargie. Mais les exportations ont été meilleures que prévu du fait d’une demande américaine très forte et d’une déprime des cours des matières premières.

Sur le seul mois de décembre 2014, la Chine a enregistré une hausse des exportations de 9.7%. C’est un chiffre d’autant plus appréciable que les experts tablaient sur une hausse plafonnée à 6.8%. Et alors qu’on attendait un recul des importations -7.4%, les importations n’ont baissé que de 2.4%. Au demeurant, le pays enregistre un excédent commercial de 49.6 milliards de dollars, après les 54 milliards record enregistrés au mois de novembre.

Malgré les chiffres globalement positifs du mois de décembre, les douanes chinoises pensent que le début de l’année en cours ne sera pas de tout repos. Globalement, la croissance économique chinoise subit les contrecoups d’une baisse de la demande sur le marché mondiale, ainsi que celles de la déprime du secteur intérieur de l’immobilier. La Chine peine à redémarrer à cause d’une économie mondiale à genoux, une baisse des investissements étrangers, et une hausse des coûts de production locaux.

Des achats de matières premières bienvenus

Si le recul des importations chinoises a été moins fort que prévu, c’est principalement parce que la Chine, premier consommateur des matières premières au monde, a profité de la baisse des prix sur ce marché. Par exemple, le pays a importé 30.37 millions de tonnes de pétrole au mois de décembre. Ce chiffre représente un ratio de 7.15 millions de barils équivalent pétrole par jour (ou bep/J). C’est la première fois que le pays se permet une telle dépense au cours d’un seul mois. Mais le choix est logique, puisque Pékin devait profiter de l’effondrement des cours du brut pour augmenter son taux de réserves stratégiques.

Cependant, même l’annonce d’importations aussi élevées de brut par la Chine n’a pas eu d’effet sur le cours du pétrole. Le baril de Brent est toujours à 45.30 dollars, avec une chute de 48% sur l’année 2014, et un repli de 21% depuis le début de l’année 2015.

D’autres matières premières sources de croissance

En dehors du Brent, la Chine s’est illustrée au cours des dernières semaines par une importation ahurissante des volumes de minerai de fer, et de graines de soja. Même si les spécialistes pensent que les transactions enregistrées sur certaines importations ne méritent pas d’être soulignées, il faut bien reconnaître que celles-ci n’ont rien d’anodin.

En effet, la valeur du commerce extérieur chinois en 2014 est en hausse par rapport à 2013, même si dans l’ensemble, les chiffres sont loin des objectifs initiaux fixés par le gouvernement chinois.

LAISSER UN COMMENTAIRE